Vous etes ici : > Articles > Entreprise > Conseiller en Investissement Financier > Le capital risque : définition et fonctionnement

ARTICLES

Le capital risque : définition et fonctionnement

Pour des investisseurs professionnels, le capital risque consiste à financer de jeunes entreprises à fort potentiel de croissance par une prise de participation au capital. Comme son nom l’indique, cet investissement est risqué mais comporte un potentiel de gains élevé.

Cette page vous intéresse

Qu'est-ce que le capital risque ?

Le capital risque (ou venture capital en anglais) est un financement apporté, sous la forme d'une prise de participation au capital, à de jeunes entreprises dont l'activité présente un fort potentiel de développement.

Cet investissement, pouvant déboucher sur des gains importants, consiste à prendre des participations minoritaires et temporaires dans le capital d'entreprises naissantes ou très jeunes.

Les investisseurs apportent non seulement du capital à l’entreprise, mais peuvent aussi la faire profiter de leurs conseils, de leurs réseaux et de leur expérience.
Ils interviennent soit au moment de la création de l’entreprise (on parle alors de capital d'amorçage) soit aux premières phases de son développement.

Capital risque et capital investissement : quelle différence ?

Alors que le capital risque concerne uniquement les entreprises les entreprises nouvelles ou en phase de création, le capital investissement intervient à tous les stades de vie de l'entreprise (création, développement, cession).

On distingue quatre types d’interventions en capital :
• le capital amorçage (Seed Capital) : intervention avant ou juste après le démarrage d'activité d'une nouvelle entreprise, au stade de la mise au point d'un nouveau produit
• le capital création (Start-up) : intervention au démarrage de la nouvelle entreprise ou au tout début de son développement
• le capital développement : intervention dans une entreprise mature, lors d'une nouvelle phase de développement (lancement d'une nouvelle gamme de produits, renouvellement de l'appareil de production...)
• le capital transmission (ou LBO) : intervention au moment d'une cession d'entreprise.

Contrairement au "capital investissement" qui recouvre l'ensemble de ces opérations, le terme de "capital risque" ne concerne que les deux premiers types d'intervention.

Le capital risque : comment ça marche ?

Le capital risque est un investissement réalisé :
• par des personnes physiques appelés business angels
• par des sociétés de capital-risque (SCR)
• par des fonds de capital risque
• par l'intermédiaire de FCPR (Fonds communs de placements à risques), de FCPI (Fonds communs de placement dans l'innovation) et de FIP (Fonds d'Investissement de proximité)

Contrairement aux banques qui recherchent des garanties, les investisseurs en capital-risque partagent les risques de lancement, le développement et les profits de l’entreprise, en cas de succès.

La décision d'entrer au capital d'une société est prise après l'étude d'un business plan établi sur 3 ans minimum.
Pour choisir les entreprises dans lesquelles ils vont investir, les capital-risqueurs prennent en compte plusieurs critères : la qualité du dossier, l'expérience et la complémentarité des créateurs, la place disponible sur le marché pour le produit ou service proposé, le caractère réellement innovant de l'offre…

Mais il s’agit, par définition, d’un investissement à risque assorti de gains potentiels élevés. Les investisseurs risquent de ne jamais pouvoir revendre les actions souscrites ou de tout perdre si l'entreprise disparaît.
En cas de succès, ils sont rémunérés par la plus-value réalisée lors de la revente de leur participation.


Auteur :   |   Date de création : 20/09/2007   |    Dernière mise à jour : 07/02/2012   
Tag : capital risque, capital-risque, le capital risque, capital risque définition, capital risque entreprise, venture capital, capital investissement, investissement entreprise, business angel, SCR, FCPR

 


Cotations des marchés par TradingView