Vous etes ici : > Articles > Bourse > Formation / Conseil > Thomas Schelling : biographie et théories

ARTICLES

Thomas Schelling : biographie et théories

L’économiste américain Thomas Schelling a reçu le Prix Nobel d'économie en 2005 conjointement avec Robert Aumann. Ses travaux basés sur la théorie des jeux ont en effet amélioré notre compréhension des mécanismes de conflit et de coopération.

Cette page vous intéresse

Biographie

Thomas Schelling est un économiste américain né en 1921. Il a obtenu sa licence en Sciences économiques à l'Université de Californie à Berkeley en 1944 et son doctorat en économie à Harvard en 1951.

Dès 1945, tout en préparant son doctorat, il est entré au Federal Budget Bureau. En 1948, il a travaillé à Paris avec l'ambassadeur Averell Harriman pour la mise en œuvre du Plan Marshall. Il l’a ensuite suivi à la Maison-Blanche où il a fait partie de son équipe chargée du commerce international. Il a également travaillé au sein de la RAND Corporation en 1958.

Schelling a commencé sa carrière de professeur à Yale en 1953. Il a ensuite enseigné à Harvard pendant près de trente ans. Cet économiste de formation a surtout enseigné la politique étrangère et la stratégie nucléaire.

En 1990, il quitte Harvard pour enseigner à la School of Public Policy de l'Université du Maryland. Il y occupe le poste de professeur de politique étrangère, de sécurité nationale, de stratégie nucléaire et de contrôle des armes.

Théories

Thomas Schelling est connu pour ses travaux sur la coopération et le conflit. Il s’est intéressé à l’analyse de la négociation, en particulier dans le cadre des stratégies de dissuasion nucléaire.

Au cours de sa carrière, il a abordé de nombreux champs de réflexion (la stratégie miliaire, le commerce international, les politiques environnementales ou encore la ségrégation raciale). Mais le point commun de ses différents travaux est l'analyse des comportements stratégiques des individus, des entreprises ou des gouvernements en situation de négociation.

Son expérience personnelle de négociateur lui a offert à la fois le fondement et les illustrations concrètes de ses travaux.

Pour Schelling, la guerre est toujours une forme de négociation. Les belligérants ont bien sûr des intérêts opposés mais aussi des intérêts communs. Ce chercheur a utilisé la théorie des jeux comme outil pour analyser les comportements humains et les dynamiques de coopération et/ou de conflit.

Dans son livre La Tyrannie des petites décisions ("Micromotives and Macrobehavior"), il développe la notion de point focal ou point de Schelling. Il s’agit de la solution à laquelle les participants d’un jeu ont tendance à se rallier quand ils ne peuvent pas communiquer entre eux, parce qu'elle leur semble présenter une caractéristique qui la fera choisir aussi par l'autre joueur.

Schelling a aussi montré comment les actions d’individus poursuivant un même but peuvent finir par produire un autre résultat. La ségrégation sociale peut ainsi résulter de l’addition des volontés individuelles de vivre dans un milieu mixte, mais non-minoritaire.

Publications

Le livre le plus célèbre de Thomas Schelling est La Stratégie du conflit (The Strategy of Conflict) publié en 1960.

Voici ses principaux ouvrages :
• The Strategy of Conflict, Harvard University Press, Cambridge, MA (1960)
• Strategy and Arms Control avec M.H. Halperin, Twentieth Century Fund, New York (1961)
• Arms and Influence, Yale University Press, New Haven (1966)
• Micromotives and Macrobehavior, Harvard University Press, Cambridge MA (1978), en français : "La Tyrannie des petites décisions", Paris, PUF (1980)
• Thinking Through the Energy Problem, Committee for Economic Development (1979)
• Choice and Consequence, Harvard University Press, Cambridge MA (1984).

Il a également publié les articles suivants :
• An essay on bargaining, American Economic Review 46, 281-306 (1956)
• What is game theory? in J.C. Charlesworth (ed.), Contemporary Political Analysis, Free Press, New York. (1967)
• Dynamic models of segregation, Journal of Mathematical Sociology 1, 143-186.
(1971)
• The intimate contest for self-command, The Public Interest 60, 94-118. (1980)
• Ethics, law, and the exercise of self-command, in S.M. McMurrin (ed.): The Tanner Lectures on Human Values IV, 43-79, University of Utah Press, Salt Lake City. (1983)
• Self-command in practice, in policy, and in a theory of rational choice, American Economic Review, Papers and Proceedings 74, 1-11. (1984)
• Addictive drugs: The cigarette experience, Science 255, 430-434. (1992)


Auteur :   |   Date de création : 16/07/2013   
Tag : Thomas Schelling, Thomas Schelling biographie, Thomas Schelling theories, Thomas Schelling prix nobel, prix nobel économie, économiste américain, théorie des jeux, point focal, ségrégation

 


Cotations des marchés par TradingView